AVANCER

AVANCER

Il y a les poings qui se serrent par réflexe dans la nuit et les moments de fatigue avancée. Il y a le contrôle nécessaire, toujours nécessaire, des tremblements quand quelqu’un t’effleure par hasard dans la rue, le métro, en soirée. Il y a le sourire de façade, qui clame que tout va bien, comme si. Il y a les rêves et les sensations étranges qui pourrissent des journées entières. Il y a les insomnies répétées, et le silence de la nuit que rien n’apaise ni ne comble. Il y a la vie qui continue, on te l’a seriné mille fois. Il y a les rires feints, appris depuis des années, clamer que tout va mieux que bien. Tout va très bien, madame la marquise. Il y a les heures à regarder le plafond en cherchant les souvenirs, les traces, le moment de bascule. Il y a les heures à en parler à un thérapeute, analyser ensemble ce qui a rendu possible. Il y a les heures à se taire, les plus nombreuses sans doute, à simplement prendre sur toi dans les rires collectifs pour te joindre à eux sans exposer la blessure. Il y a les crises d’angoisse, encore nombreuses, qui rendent la respiration impossible.

Et il y a ces gens qui te demandent pourquoi tu y penses encore, tout ce temps après.

Stéphanie

unnamed

Illustration par Onee

2016-08-27T16:59:19+00:00

Un commentaire

  1. De Saint Léger Sarah 6 juillet 2014 at 17 h 02 min - Reply

    Avancer n’est pas facile avec tout ça… courage !

Laisser un commentaire

Accessibilité