MON DERNIER JOUR À l’ÉCOLE LAÏQUE DU CHEMIN DES DUNES

///MON DERNIER JOUR À l’ÉCOLE LAÏQUE DU CHEMIN DES DUNES

MON DERNIER JOUR À l’ÉCOLE LAÏQUE DU CHEMIN DES DUNES

Voilà, c’est fini, aujourd’hui c’était ma dernière fois, mon dernier jour à l’École Laïque du Chemin des Dunes dans la Jungle de Calais, parce que d’ici quelques jours, la Jungle ne sera plus.

Cette aventure que j’ai vécue durant un peu plus d’une année a pris fin aujourd’hui. De nombreux étudiants que j’ai pu rencontrer ont eu la chance de passer en Angleterre, d’autres ont eu la chance d’obtenir leurs papiers en France ; d’autres, moins chanceux, ont été refusés et d’autres voient leur rêve de l’Angleterre comme un méchant mirage.

Bien sûr je ne me souviens pas de tous, mais certains m’ont touchée plus que d’autres, avec quelques-uns nous sommes toujours en contact et puis il y a ceux qui sont restés plus longtemps que prévu parce que l’Angleterre ne veut pas d’eux, ceux-là sont peut-être plus spéciaux pour moi, car six mois de cours, six mois à les voir plusieurs fois par semaine, à leur enseigner le français, à partager rires, sourires et beaucoup d’affection, à apprendre  (du moins tenter) de mon côté l’arabe.

Eh bien tout ça, au moment du départ, ça remue le cœur, alors dans l’urgence on échange les numéros de téléphone, les facebook, des « hugs » des « Bonne Chance », des tas de  » Incha’Allah ». L’inquiétude de ne pas savoir où ils vont aller, ni si ils pourront toujours apprendre le français… s’ils retourneront chez eux, si si si… et puis il y a ces dames Kurdes ou Afghanes… une plus particulièrement que je côtoie depuis 7 sept mois ; nous ne parlons aucune langue en commun et pourtant nous nous comprenons très bien, un sourire , un regard, deux mains qui se serrent, des accolades, il y a tellement de manières différentes pour communiquer, il suffit d’ouvrir ses yeux et son cœur. 

Aujourd’hui c’était mon dernier jour et j’ai dis au revoir à des personnes extraordinaires, des personnes droites, honnêtes, sincères et dévouées, Nath Vanille, ce n’est qu’ un au-revoir, on a des Mojitos à boire ♡.

J’ai dit au-revoir à Marco, lui c’est le genre de héros des temps moderne, si Superman avait besoin d’un remplaçant ce serait Marco.

J’ai dit au-revoir à Rami qui part vers sa nouvelle vie avec sa chatte la douce Gàteau pour veiller sur lui et je n’ai pas pleuré comme je lui avais promis.

Et puis il y’a tout les autres bénévoles : Hugo, Koldo, José, Alice, Rosie… que je ne reverrai certainement jamais, mais qui ont laissé chacun-e à leur manière une petite empreinte dans mon cœur.

J’ai dit à bientôt au doux Mousa qui s’est fait arraché une dent aujourd’hui et qui n’a pas pu manger ses céréales avec 12500 sucres dedans ;-).

Et puis j’ai dis a bientôt à certains étudiants qui ont la chance d’entrer à l’Université pour apprendre le français et je suis terriblement fière d’eux.

J’ai dis aurevoir aux amis soudanais, un dernier thé, une dernière zlabia, mais aujourd’hui pas de « Ma salama » (à bientôt)  mais beaucoup de « Good luck ».

Et puis, cerise sur le pompom, câlins des petites filles de l’École, rigolades parce qu’on a les mêmes baskets.

Câlins plus que désespérés de mon amie Kurde et là, ben la promesse de ne pas pleurer plutôt ratée, j’ai pourtant tenu le coup toute la journée.

Merci à toutes ces personnes venues des quatre coins du monde de m’avoir acceptée et aimée pour ce que je suis, merci à elles de m’avoir permis de devenir celle que je suis aujourd’hui, c’est-à-dire quelqu’un de pas trop dégueu et plus sûre d’elle-même, merci à elles de m’avoir ouvert, les yeux et l’esprit.

Sylvie
11 octobre 2016.

 

Illustration par N.O.

2017-03-09T16:28:51+00:00

Laisser un commentaire

Accessibilité