EDWARD

BRASSERIE DE L’ÊTRE : infos ici

Nerves/Polyvalence : Bonjour Edward!

E : Bonjour!

N/P : Merci de nous recevoir. Est-ce que tu peux nous dire un peu qui tu es, où est-ce qu’on est ?

E : Et bien, moi je suis brasseur donc là, ici, on est dans ma brasserie de L’Être à Paris, dans le 19e. Et… voilà, voilà… donc ici on fait de la bière. On essaye de la faire le mieux possible, en laissant le moins de traces possibles.

N/P : Okay, donc nous on est venus aujourd’hui, pour te rencontrer parce qu’on sait que tu es très engagé au niveau des problématiques des populations migrantes à Paris… T’as un engagement là-dedans, est-ce que tu peux un peu nous l’expliquer ? Qu’est-ce que toi aujourd’hui, tu peux mettre en place, qu’est-ce que tu mets en place, pour pouvoir donner un coup de main à… à toute cette situation ?

E : Bah… alors… un grand engagement, non! Il y en a plein qui ont beaucoup plus d’engagement que moi ! Mais en l’occurrence, moi je n’ai pas beaucoup de temps pour m’engager, donc ce que je pouvais faire, et ce qu’on fait en ce moment, c’est… on met à disposition notre ancienne brasserie, en fait. Qui est… qui sont des grosses cuves de 120 L avec un réchaud, donc il y a souvent des soutiens qui viennent faire à manger pour 100-150 personnes. Et on ouvre aussi notre salle de bain… puisqu’on a une salle de bain avec des douches… enfin une douche et… enfin voilà, un espace sanitaire.

N/P : D’accord. Et aujourd’hui, t’as beaucoup de monde qui peut bénéficier de ces douches ?

E : Bah ça dépend un peu de comment ça s’organise… sur la bouffe, ça dépend de qui a besoin, voilà. Voilà, c’est à dispo et moi je suis là un peu tout le temps donc… et sur la douche ben pour l’instant, on n’a pas encore eu le temps de mettre en place parce que Stalingrad III a été évacué et que… donc là, voilà, il y a des camps qui se reforment et je pense que ça va arriver bientôt.

N/P : Voilà, c’est des choses qui peuvent se mettre en place. Il suffit de voir la logistique avec tous les acteurs, et puis planifier, peut-être un peu…

E : Oui c’est ça ! J’ai dit à des soutiens de faire passer le mot, là le mot est en train de passer, je l’ai vu passer.

N/P : D’accord. Okay super. Ben en tout cas, on le fera aussi! En tout cas, merci beaucoup de nous avoir reçus, on va continuer à visiter avec toi !

E : Ouais ! Alors voilà, ça c’est une petite grosse cuve dans laquelle les soutiens peuvent venir faire à manger. C’est un peu le truc où on m’appelle à 9h du mat’ en me disant, est-ce qu’on peut venir dans une demie heure, on a 150 personnes à faire bouffer, et  je fais « bah oui ! » Et voilà, ça se fait comme ça. De toute façon, elle est à dispo un peu tout le temps, nous… on l’utilise aussi, mais très peu et… voilà… autant que ça serve ! Comment c’est venu ? Bah c’est venu par les copains, en fait. Par le départ de… ben voilà… par… on commence à avoir des copains qui s’y intéressent, et puis… toi ça te choque aussi, donc t’y vas une première fois et à partir du moment où t’y as été une première fois… après, tu… tu vois que c’est de l’humain et c’est ça qui hyper important, c’est que tout d’un coup, tu ré-humanises toute la question ! Tu ne parles plus de « flots de migrants » ou de « crise migratoire », euh non, c’est juste des mecs qui sont en train de crever de faim… qui ne sont pas logés, dans des conditions déplorables et… personne s’en occupe, à part les quelques soutiens donc après… tu fais ce que tu peux, quoi.

N/P : Alors les douches c’est uniquement le matin, ou c’est toute la journée ?

E : Euh… ben moi les douches c’est, voilà… les gens m’appellent… je pense qu’on va s’organiser pour que… pour que ce soit des soutiens qui accompagnent les migrants… parce que c’est souvent comme ça que ça se passe et puis que les migrants n’aiment pas trop se balader tous seuls. Enfin surtout pour venir dans un milieu étranger. Donc euh… voilà… c’est juste une mise à dispo, quoi.

2017-05-06T14:52:59+00:00

Un commentaire

  1. Gert 24 mai 2016 at 23 h 16 min - Reply

    Yours is a clever way of thiinnkg about it.

Laisser un commentaire

Accessibilité