JOHNNY – REFUGEE YOUTH SERVICE

///JOHNNY – REFUGEE YOUTH SERVICE

JOHNNY – REFUGEE YOUTH SERVICE

 Polyvalence : Hello Johnny. Thank you for meeting with us. Can you tell us a little bit about your organisation and what you do here in the Jungle ?

Johnny : Yeah sure ! I’m project coordinator for Refugee Youth Service. In the Jungle, we work with mostly adolescents, children, young people, majority of which are boys, some girls as well. We provide a safe space for them where they can just come and get away from everything else that goes on the camp so they’re very aware that they can be all supervised and monitored and they can ask any support that they might need and we provide whatever we can, whatever resources we have access to direct onto them, wether that be in the form or shelters or tents or food or clothing or just generally being there for emotional support.

 Polyvalence : So what age groups do you work with ?

Johnny : So it’s 10 to 18 year olds, a majority of which are sort of between 13 and 17.

 Polyvalence : And is there a specific group like Afghans or Sudaneses ?

Johnny : No we work with all. It’s… you know, we… the groups we work with definitely represent the demographics of the camp generally, so… we used to work with a lot of Afghans, because there was an Afghan majority here and then as that’s kind of swung, and the population of Eritrean and Sudanese children has gone up, (that’s the way of finding ???? pas sure, à 1’30) you know, services that people are accessing here, are more and more from those countries or origin.

 Polyvalence : You talked about how the center helps protect the children from what goes on on the camp, what are some of the things that the children are susceptible to [go through] ?

Johnny : Well, there’s… there can be, you know, inter-community conflicts, not that common but they do happen. And so, you know there’s a lot of people here though… there isn’t any adequate resources to provide for all those people in these camps so, people are pushed to do things that they would never do in their normal life to get what they need to get. And obviously that poses a threat to the most vulnerable people in the camp which are children so, that is probably you know, that’s one of the big threats. And then there’s a situation of accommodation and just… you know, especially in winter with kids which might have a shelter but it has ice inside it, you know, because there’s no insulation or heating, so there’s that too. And then there’s the material needs, you know, as far as clothing and that kind of stuff is quite hard to provide for with, estimated, a thousand children there.

 Polyvalence : Isolated or with their parents ?

Johnny : Mostly, well, young people we work with, 90% are unaccompanied, which again sort of reflects more or less the situation there is that most people are without their parents, most children are without their parents.

 Polyvalence : And at night, where do they sleep these kids ?

Johnny : Tents mostly now.

 Polyvalence : In the Jungle ?

Johnny : In the Jungle, tents yeah. There’s a section of them that are in the container camp the (former??? 3’18) camp, so that will, you know, (basically ??? 3’20) security and warm and, etc., but they’re not designed for children so there will be children living in a container with however many adults that they don’t know, so, there’s really no safe guards really for children in that facility. But at the same time, it’s kind of… it’s better than a tent, especially when the winter comes, so…

 Polyvalence : How many British organisations are there in the Jungle, that work here ?

Johnny : It’s more… It’s sort of like the British effort here is more independent volunteers who’ve found themselves associated with the associations that are here, so Help Refugees who’s probably the biggest provider of the camp, they’re linked up with L’auberge des Migrants, and obviously we’re a British organisation as well. And we’re supported solely by other British organisations, so there’s a heavy presence of British aid workers on the ground here, definitely yeah.

 Polyvalence : And can you talk to us a little about the day for instance for the students, for the children who come to the center, how does it go?

Johnny : Yes, we open at one. Initially we just, we have a school that runs alongside as well so, the project was : there’s classes throughout the day. But the Youth Center itself will open at one, just kind of like an open space to play : we have a pool table, we have various activities that kids can access as and when they choose. And then throughout the day we have more structures and stuff. So (??? 5’07) food or a meal at lunch but we have (??? 5’13) to that. And then we have sports activities, different art, lots of sort of workshops that lots of outside organisations that partner to come in and (???) on different things each day.

 Polyvalence : And when I was at the center today, we met a 14 year old Afghan boy who travelled all by himself, all the way from Afghanistan to France, and he has a brother in England and he applied for the legal process but what I couldn’t understand was how does a 14 year old boy who doesn’t speak the local language and speaks a little English is assisted through the process ? Because it must be complicated, the legal process.

Johnny : Yeah, there’s a legal center on…in the camp, which is again run by volunteers and there’s FTDA which is the French government funded organisation with a mandate for processing family reunification cases, part of their mandate. And then there’s Safe Passage which is the U.K organisation. So it’s between those three, but it’s very complicated and it’s quite hard to get these things moving sometimes, because you’re working with children of such a young age who already have a hectic life, because they know it’s gonna take months and months and months, so whilst they’re trying to do the legal route to get to their family, they’re also trying the illegal route which is (??? 6’43) away on lorries and trucks, etc. So trying to coordinate the legal effort with young people can be quite challenging. And accommodation changes all the time so one day you’ll know where they live and the next day they’ve moved.

 Polyvalence : Oh really, in the camp ?

Johnny : Yeah ! So I think, you know, a lot of children will be in the shelter and then they’ll be… one day you’ll find that they’re not in that shelter anymore and they’ve moved somewhere else so… that’s when we come in handy because we try and make sure that we’re always connected with the young people.

 Polyvalence : Did you know this young boy of 14 years old who died last week, he was coming to the center ?

Johnny : Yeah…

 Polyvalence : And he had a brother in England.

Johnny : Absolute, tragic waste of life. And that’s the legal system, there … that asylum system that has failed a child and has lead to his death. Because he had no faith, like the rest of them he had no faith in that system… so… That system is there to protect him, to reunite him with his family, and it should not take more than a few weeks, in our opinion. We understand the complications, and it’s from one country to another, and nothing’s black and white, etc., but this system takes far far too long and we can never accept.

 Polyvalence : And there is no extradition process for the kids, it’s the same for everyone ?

Johnny : Yeah.

 Polyvalence: Even if they are minors ?

Johnny: Yeah.

 Polyvalence : No excuse…

Johnny : No.

 Polyvalence : And for the center, for the refugee youth service, if you could ask, give a shoutout in terms of support, what would you say ? Do you need more volunteers, do you need donations, do you need books ?

Johnny : We always need donations yeah, there’s so many kids here… and we’re fully aware that we probably aren’t able to provide a service for half of them. We’re always pushing, pushing ourselves to take on more and more and expanding our team but obviously… you know… to work with children you need long term volunteers, and to have long term volunteers, you need to be able to provide (ambition ??? a mission ?? 8’50) and people need be able to live whilst they’re working so the bigger the team that we can have, the more people we can reach. So, yeah, it’s money really, that’s the bottom line : it’s money to fund volunteers so that they can… so that we can reach every part of this camp.

___

Polyvalence : Bonjour Johnny. Merci de nous rencontrer. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre organisation et ce que vous faites ici dans la Jungle ?

Johnny : Ouais, bien sûr ! Je suis coordonnateur de projet pour Refugee Youth Service (Service Jeunesse des Réfugiés). Dans la Jungle, nous travaillons principalement avec des adolescents, des enfants, des jeunes, la majorité sont des garçons, mais aussi quelques filles. Nous leur  fournissons un espace sécurisant, où ils peuvent simplement venir et oublier tout ce qui se passe dans le camp, bien qu’ils soient très conscients du fait qu’ils peuvent être tous supervisés  et surveillés, ils peuvent demander à tout moments le soutien dont ils pourraient avoir besoin, nous leur fournissons tout ce que nous pouvons, en fonction des ressources auxquelles nous avons accès, que ce soit sous forme d’abris, de tentes, de nourriture, de vêtements ou tout simplement être là en soutien émotionnel.

Polyvalence : Alors avec quels groupes d’âge travaillez-vous ?

Johnny : C’est de 10 à 18 ans, dont la majorité ont entre 13 et 17.

Polyvalence : Y a-t-il un groupe plus spécifique, afghan ou soudanais… ?

Johnny : Non, nous travaillons avec tous. Vous savez… les groupes avec lesquels nous travaillons représentent vraiment la population du camp en général, donc avant… nous avions l’habitude de beaucoup travailler avec des Afghans, parce qu’il y avait une forte majorité afghane ici et puis ça a changé et la population des enfants Erythréens et Soudanais a augmenté, ce qui est une manière de se rendre compte vous savez, avec  les services auxquels les gens ont accès ici, qu’il y’a de plus en plus d’enfants originaires de ces pays dans la Jungle .

Polyvalence : Vous nous avez dit que le Centre aide à protéger les enfants de ce qui se passe sur le camp, quelles sont ces choses que les enfants sont susceptibles de subir ?

Johnny : Eh bien, il est… il peut y avoir, vous savez, des conflits intercommunautaires, c’est rare, mais ça peut arriver. Et oui, vous savez qu’il ya beaucoup de gens ici mais… il n’y a pas de ressources suffisantes pour subvenir aux besoin de tout ces gens dans ces camps, donc les gens sont poussés à faire des choses qu’ils ne feraient jamais dans leur vie normale, pour obtenir ce dont ils besoin. Et, évidemment ils sont une menace pour les plus vulnérables dans le camp et ce sont les enfants les plus vulnérables, vous le savez probablement alors, oui c’est l’une des grandes menaces. Et puis il y a aussi le problème du logement, surtout en hiver, les enfants pourraient avoir un abri, mais il y a de la glace à l’intérieur, parce qu’il n’y a pas d’isolation ou de chauffage, donc ça aussi c’est un danger. Et puis il y a les besoins matériels, vous savez, en ce qui concerne les vêtements et ce genre de choses, il est assez difficile de prévoir pour une estimation d’un millier d’enfants.

Polyvalence : Isolés ou avec leurs parents?

Johnny : La plupart du temps, eh bien, 90%  des jeunes avec lesquels nous travaillons ne sont pas accompagnés, ce qui une fois encore, reflète plus ou moins la situation là-bas, la plupart des gens sont sans leurs parents, la plupart des enfants sont sans leurs parents.

 Polyvalence : Et la nuit, où ils dorment ces enfants ?

Johnny : Maintenant, surtout dans les tentes .

 Polyvalence : Dans la Jungle?

Johnny : Dans la Jungle oui, sous des tentes, oui. Une partie d’entre eux est dans le camp des containers ??????, ils sont au chaud et en sécurité, etc., mais les containers ne sont pas conçus pour les enfants, donc il y a des enfants vivant dans des containers avec beaucoup d’adultes qu’ils ne connaissent pas, de plus, il n’y a vraiment pas de gardes de sécurité pour les enfants dans cet endroit. Mais en même temps, c’est mieux pour eux d’être là;  que de vivre dans une tente, surtout quand vient l’hiver, alors…

Polyvalence : Combien d’organismes britanniques sont là dans la Jungle, qui travaillent ici ?

Johnny : c’est plus comme… C’est  un peu comme… Bon l’aide britannique ici, c’est plutôt des bénévoles indépendants qui se sont trouvés eux-mêmes associés à des associations qui sont ici, Comme Help Refugees qui est probablement le plus grand fournisseur du camp, ils se sont associé à L’Auberge des migrants, et évidemment, nous sommes, nous aussi une association britannique, nous sommes soutenus uniquement par d’autres associations britanniques, donc oui,  il y a une forte présence de travailleurs humanitaires britanniques sur le terrain ici, définitivement oui.

Polyvalence : Et pouvez-vous nous parler un peu de la journée, par exemple, pour les étudiants, pour les enfants qui viennent au centre, comment ça marche ?

Johnny : Oui, nous ouvrons à 13 heures. En fait, en même temps nous avons une école qui est ouverte, ainsi le projet fonctionne de cette manière : il y a des cours tout au long de la journée, mais le Centre Jeunesse lui-même est ouvert chaque jour à 13 heures, un peu comme un espace de détente, nous avons une table de billard, nous avons diverses activités,  auxquelles les enfants peuvent accéder quand et comme ils le souhaitent. Et puis tout au long de la journée, nous avons plus d’activités et d’autres choses. Donc nous offrons de la nourriture et un repas chaud. Et puis nous avons des activités sportives, différentes sortes d’arts et pleins d’ateliers proposés par des associations extérieures qui interviennent chaque jour. 

Polyvalence : Quand on est allé au Centre aujourd’hui, on a rencontré un jeune garçon afghan de 14 ans, qui a voyagé tout seul, d’Afghanistan en France, il a un frère en Angleterre et il a mis en route le processus juridique, mais ce que je ne peux pas comprendre c’est comment un garçon de 14 ans qui ne parle pas la langue locale et qui  parle juste un peu l’anglais est assisté pendant la procédure, parce que cela doit être compliqué, le processus juridique.

Johnny : Oui, il y a un centre juridique sur… dans le camp, qui est lui aussi géré par des bénévoles et il y a FTDA qui est financé par le gouvernement français avec un mandat pour traiter les cas de regroupement familial, une partie de leur mandat. Et puis il y a Safe Passage qui est l’organisation britannique. Donc c’est entre ces trois-là, mais c’est très compliqué et il est assez difficile de faire bouger les choses, parce que vous travaillez avec des jeunes enfants qui ont déjà une vie chaotique et qui savent que ça va prendre des mois et des mois, de sorte qu’ils essaient de passer par la voie légale afin de rejoindre leurs familles, mais ils essaient aussi la voie illégale qui est celle des passages illégaux en  camions, etc. Alors essayer de coordonner la voie juridique avec  les jeunes peut être assez difficile. Et leur location change tout le temps, un jour, vous savez où ils vivent et le lendemain, ils ont déménagé.

Polyvalence : Oh vraiment, dans le camp?

Johnny : Oui ! Vous savez, beaucoup d’enfants sont dans des tentes et puis soudain un jour vous ne les trouvez plus à cet endroit, ils ont déménagé ailleurs et c’est à ce moment-là que nous sommes vraiment utiles car nous essayons toujours de faire en sorte d’être en relation avec les jeunes.

Polyvalence : Vous connaissiez ce jeune garçon de 14 ans qui est mort la semaine dernière, il venait au Centre ?

Johnny : Oui.

Polyvalence : Et il avait un frère en Angleterre.

Johnny : Une vie tragiquement gaspillée, et c’est le système juridique là-bas qui a trahi un enfant et l’a conduit à sa mort. Il n’a pas cru en ce système, comme beaucoup d’entre eux, et voilà…  Ce système est là pour le protéger afin de le réunir avec sa famille, cela ne devait pas prendre plus de quelques semaines, selon nous. Nous comprenons que ce soit compliqué, d’un pays à un autre et tout n’est pas noir ou blanc, etc., mais ce système est beaucoup beaucoup trop long et ça on ne pourra jamais l’accepter.

Polyvalence : Et il n’y a pas de processus d’extradition pour les enfants, il est le même pour tout le monde ?

Johnny : Oui.

Polyvalence : Même s’ils sont mineurs?

Johnny : Oui.

Polyvalence : Aucune excuse…

Johnny : Non

Polyvalence : Et pour le centre, pour le service de jeunes réfugiés, si vous pouviez faire un à l’aide en termes de soutien, que diriez-vous ? Avez-vous besoin de plus de bénévoles, avez-vous besoin de dons, avez-vous besoin de livres ?

Johnny : Nous avons toujours besoin de dons oui, il y a tant d’enfants ici… et nous sommes pleinement conscients que nous ne sommes probablement pas en mesure de fournir un service à moitié d’entre eux. Nous sommes toujours à demander, à pousser, à prendre de plus en plus, à agrandir notre équipe de bénévoles, mais de toute évidence… vous savez… pour travailler avec des enfants, il faut des bénévoles sur le long terme, vous devez être en mesure de vous engager pour une mission. Et les gens ont besoin de subvenir à leurs besoins pendant qu’ils travaillent ici,  donc plus l’équipe que nous mettons en place est grande, plus nous pouvons sensibiliser d’autres personnes. Alors, oui, c’est l’argent, vraiment, la ligne de fond : c’est de l’argent dont nous avons besoin, pour financer des bénévoles afin qu’ils puissent… afin que nous puissions en faire profiter chaque partie de ce camp.

2016-11-20T20:15:52+00:00

Laisser un commentaire

Accessibilité