LE DROIT D’ÊTRE TOUT

LE DROIT D’ÊTRE TOUT

J’avais grandement besoin d’une mère, la mienne était surtout une femme. Alors, lorsque je suis devenue mère à mon tour, j’ai fait le choix de donner beaucoup. J’ai choisi de pratiquer le parentage proximal, je voulais être une mère ++ . J’y ai trouvé de grandes satisfactions, et des difficultés, comme toute mère finalement.

Enfant, la sexualité de mes parents, de ma famille, m’était souvent imposée de façon assez violente car mon besoin de pudeur n’était pas respecté (exposition à la nudité, conversations très déplacées alors que j’étais encore très jeune, etc). Ainsi, j’ai toujours eu une attitude ambivalente vis-à-vis de ma sexualité : envie mais mal à l’aise en même temps. Je n’avais pas appris qu’on pouvait réellement être femme maternante et sexuelle en même temps, et les magazines féminins qui trainaient chez mes parents ne m’aidaient pas, au contraire, j’y ai surtout appris qu’une femme doit penser mais pas trop, jouir mais pas trop, aimer mais pas trop.

En devenant mère physiquement (grossesses, accouchements, allaitements) je me suis mise à accepter mon corps, mon animalité. Et ma sexualité de façon plus entière. Je me suis peu à peu libérée des injonctions (pas toutes, malheureusement) et je suis devenue féministe (merci les copines de Twitter).

Ensuite, il a fallu jongler entre mes envies de femme, et mon rôle de mère, avec des enfants très prenants, et j’ai toujours du mal à trouver l’équilibre. Je le pense fragile, surtout quand on n’a pas la possibilité de faire garder ses enfants de temps en temps (famille éloignée), mais heureusement, les enfants ça grandit.

Je me permets toutes les tenues vestimentaires, même si c’est juste pour aller déposer les enfants à l’école, je me prends en photo et m’expose, j’assume nettement plus ma sensualité et ma sexualité.

Une des meilleures choses que je conseillerais à toute mère désireuse de profiter de sa sexualité en restant à la maison : la pose d’un verrou sur la porte de la chambre. Ça a changé ma vie, je n’ai plus peur qu’un enfant débarque et je peux me laisser aller à mon plaisir. Du coup, j’ai posé des verrous sur quasiment toutes les pièces de ma maison !

piasummers

 

Photographie : une tête de femme à contre-jour regarde vers l’horizon avec des lunettes de soleil, soleil qui, lui, brille au centre de l’image.

Illustration par Korz

2018-05-09T22:06:10+00:00

Laisser un commentaire

Accessibilité