NÉE LUI

NÉE LUI

Au temps passé,

Si j’avais été un petit garçon, et non une petite fille

On ne m’aurait pas voulue douce, généreuse et gentille

J’aurais appris à me défendre avec ou sans violence

Néanmoins, à me faire respecter comme une évidence

J’aurais porté la couleur bleue, et non du rose

Des fringues confortables et non des jolies choses

J’aurais grimpé aux branches des arbres, me serais roulée dans la boue

Mais une demoiselle se doit de toujours se tenir droite et debout…

Au temps présent,

Si j’étais un homme,

Je n’aurais plus à endurer les « hé mademoiselle t’es charmante »

Accompagnés de jolis « sale pute » et autres insultes élégantes

Je ne serais ni une « salope », ni une « mal baisée », ni « coincée »

Et la longueur de ma jupe n’attesterait en rien de celle de mes idées

Si j’étais un homme,

Je pourrais parler de politique sans être moqué

Sur mon poids, ma taille ou mon caractère trempé

Mes opinions, mes valeurs et mes compétences

Auraient plus de prestige que mon apparence

Si j’étais un homme,

Toutes les femmes de mon entourage n’auraient pas cet oeil hautain

Prêt à critiquer chaque détail de mon apparence physique avec dédain

Tous ces vieux satyres, ces mecs de mon âge et ces hommes mariés

Ne me déshabilleraient pas du regard à chaque opportunité

Si j’étais un homme,

Mes tatouages ne seraient pas « moches parce que trop masculins »

Voire pas assez floraux ou étoilés selon l’avis de certains

Je disposerais enfin de mon corps qui respire

Sans que personne puisse trouver à y redire

Si j’étais un homme,

On ne remettrait pas en cause ma capacité à me servir d’une carte

Et je n’aurais plus peur de traîner ne serait-ce qu’en bas de mon appart’

De jour ou de nuit, chaque sortie ne serait plus une prise de risque trop négligée

Durant laquelle s’il m’arrivait quoi que ce soit je l’aurais bien mérité

Si j’étais un homme,

Mon nombre de conquêtes serait un tableau de chasse, une fierté

Une preuve que je plais, et non que je suis facile à consommer

Je pourrais parler librement de sexe sans me heurter aux sous-entendus

De ceux qui pensent que femme libérée égale femme de peu de vertu

Si j’étais un homme,

Personne n’irait dire que je ne m’intéresse aux jeux, au cosplay et à la science-fiction

Que pour « faire la belle », draguer l’autre sexe et sur moi attirer l’attention

Les employeurs n’oseraient pas me demander de passer sous la table

Pour signer un contrat de travail au salaire tout aussi effroyable

Si j’étais un homme,

Le voisinage ne me résumerait pas à « la meuf » ou « la copine de »

Et les administrations à la « propriété du nom de famille de monsieur »

On ne me dirait pas « trop bavarde » dès que je m’exprime avec passion

Ni « trop effacée » lorsque j’écoute avec réel intérêt et compassion

Si j’étais un homme,

Je ne connaîtrais pas ce cercle vicieux, cet enfer qu’est l’anorexie

Ni le dégoût de soi et des aliments provoqué par une crise de boulimie

Je ne me tuerais pas au sport chaque jour pour rester mince et en forme

Juste pour ne plus jamais laisser personne faire de remarque sur mes formes

Si j’étais un homme,

Peut-être que j’aimerais mon corps au naturel, tel qu’il est

Avec ses rondeurs, ses épaules larges, voire sa pilosité

En tout cas, je n’aurais plus un semblant de poitrine à détester

Ces seins qui me rappellent ces jours où mon père les a touchés

Au temps proche,

Si j’avais été un homme, certes je n’en suis pas un

Et n’en serai jamais un, mais reconnaissez-le bien

Ces choses ne seraient probablement, certainement jamais arrivées au cours de ma vie

Si seulement dès son premier jour ce sexisme et ces clichés ne m’avaient pas suivie

Je me dis encore, s’il n’avait jamais existé de sexe faible ou fort

Peut-être cela aurait-il changé pas mal de choses à mon sort

Si la différence entre mes jambes et celle sur mon torse ne provoquaient le discrédit

Si seulement il y a 23 ans de cela, j’étais née non pas elle, mais juste lui…

 

Spade

nee-lui

< Renaître > 2014 !pyon!

2016-03-20T22:58:14+00:00

Un commentaire

  1. M. 10 mars 2015 at 13 h 06 min - Reply

    Moi qui suis né lui, mais qui suis elle aujourd’hui,
    je ne peux m’empêcher de vouloir rétorquer
    qu’être lui n’est pas plus facile qu’être elle
    et que chacun de nous n’est finalement peu de choses.
    Si tu étais un hommes, tu te penserais plus fort,
    mais tu n’en aurais pas conscience, puisque tu ignorerais
    ce qu’est être une femme, et tout ce qu’elles endurent.
    Tu serais certes un homme, mais tu ne serais pas pour autant
    à l’abri de la souffrance, de la violence et de ces horreurs
    que l’on pense souvent à tort réservées aux femmes.

    Mais tu n’en aurais pas conscience, puisque tu serais un homme.

    Tu es une femme, et tu n’es pas moins respectable. Tu vaux au moins autant, si ce n’est plus. Tu es toi, quel que soit ton sexe, ton genre, quelle que soit la façon dont tu te représentes. Sois fière, sois fier, sois toi. C’est ta plus grande force.

Laisser un commentaire

Accessibilité