PAPILLON

Je n’ai pas toujours envie ou besoin de jouir lors d’un moment intime avec un.e partenaire. Ce n’est pas quelque chose dont je ressens le besoin de justifier. Lorsque j’ai envie de jouir, c’est le début d’une chasse au papillon dans tout mon être. L’élément essentiel à l’éclosion de mon orgasme/papillon, c’est de me faire un film. En vrai de vrai, mon orgasme est le fruit des sensations et stimulus réels, aussi doux ou extrême soient-ils et d’une illusion qui se déroule dans ma tête, où la menace ou l’exécution d’actes cruels, de tortures non consenties [par la/le partenaire avec qui je suis momentanément, ou pas, c’est un film] sont une réalité. L’illusion ne tourne pas toujours au glauque, parfois c’est une extension surréelle de la situation actuelle ou un fantasme aléatoire bien trop compliqué à réaliser, mais reste toujours une possibilité parallèle où ma peur est réelle, un danger est imminent et soudain l’envie de jouir comme la foudre qui frappe.

J’ai besoin de mon illusion pour jouir, donc de pouvoir consacrer un pourcentage de mon attention à la gymnastique mentale qu’est la fabrication d’une fiction originale et cruelle. C’est une peur contrôlée, une stimulation en plus, une sublimation silencieuse.

Mon orgasme, c’est ma magie, mon secret. Je n’ai pas honte de sa façon de venir au jour, mais peur qu’on tente de me prendre les rênes des mains ou pire, qu’on me dise comment les tenir. Parce qu’en réalité, mon besoin de peur n’est pas plus vilain que mon besoin de douleur, sauf que je préfère m’imposer la peur toute seule alors que la douleur est tellement plus exquise aux mains de l’autre. Mais la peur, j’ai besoin de la contrôler et je la contrôle à peine sous le regard de l’autre, en conséquence, je refuse de la partager et de l’offrir comme la douleur, afin de me protéger.

L’angoisse, l’ironie : avec mon silence, je protège cette partie de moi que j’ai parfois du mal à comprendre et à accepter. Avec mon silence, je protège cette partie de moi pour ne pas qu’elle puisse être exploitée et cartographiée par l’autre. Avec mon silence, je me sens parfois bien seule, mais je ne sais pas si je suis prête à partager mon illusion. Il y trop de chances que ce soit mal interprété, trop confus ou me laissant ouverte à manipulation et trop vulnérable.

L’essentiel, c’est de prendre, donner et partager du plaisir, oui et ça je peut le faire sans révéler mon secret. J’espère acquérir un jour le savoir-faire et le courage d’inviter l’autre à la chasse.

-S-

Dessin d’un papillon rouge et bleu vu de très près, les ailes pas complètement déployées.

Illustration par Alraun
https://www.facebook.com/alraunillustrations/

2018-08-16T12:57:03+00:00

Laisser un commentaire

Accessibilité